Statement on the COVID-19 pandemic and Homeopathy

During the current Covid-19 viral pandemic, members of the Canadian Homeopathic Association, comprising regulated professionals from Ontario and practitioners from other provinces, understand that it is every Canadian's responsibility to follow the guidelines outlined by the provincial and federal public health authorities. We acknowledge that it is also our responsibility as health caregivers to inform patients about the existence of these guidelines. Moreover, in this age of social media, we pledge for extreme cautiousness in disseminating unproven therapeutic claims that could unnecessarily expose Canadians to risk.

As citizens of Canada, members of the Canadian Homeopathic Association will support any and all collective efforts in achieving and maintaining the good health of all Canadians.

A call for research

For 200 years, historical data has been accumulated regarding the use of homeopathy during times of epidemics of infectious diseases. This data has repeatedly suggested the relevance and efficacy of homeopathy in various diseases such as cholera, typhus, and diphtheria. Spanish flu treatment reports coming from different parts of the US showed an average of 1% mortality rate for people treated with homeopathy versus 30% for the others.

There are also modern examples that add to the weight of these historical reports where public health authorities, in the absence of vaccines and in an emergency situation, have taken action and have made a call to homeopathy. This was the case in Cuba in 2007 and 2008, for leptospirosis, (Bracho, 2010) [1], a fatal disease; and in Brazil in 1998, with meningitis, (Mroninski, 2001) [2]. In these 2 cases, the epidemics were contained and the population protected in large part by the use of homeopathic medicine.

For the record, Cuba in 2007 had only 15,000 doses of vaccine to treat 2.3 million people at the height of the leptospirosis epidemic. The Finlay Laboratory, a major producer of vaccines, was then commissioned to produce and distribute the vaccines in less than 3 weeks. Simultaneously, 2.3 million doses of a homeopathic remedy were dispensed in the most affected areas and active epidemic outbreaks. A significant decrease of the disease was observed in the homeopathically- treated areas whereas the regions where homeopathy was not provided saw the disease rates rise sharply.

Canadian homeopaths strongly advocate that the sum of historical data on the prevention and treatment of infectious diseases could become a springboard for more in-depth research towards homeopathy. Indeed, until a fully effective vaccine becomes available in an epidemic, homeopathy has the potential to provide a low cost and effective temporary means for rapidly treating the mass population. With the Federal Government recently committing $1 billion towards combating the Covid-19 virus, we have invited the Federal Government to include homeopathy in its research efforts as we believe no stone should be left unturned and no ideological position or belief system should override the necessity to protect and care for all Canadian citizens.

Déclaration sur l'épidémie de Coronavirus et l'homéopathie

En cette période de pandémie à Covid-19, les membres de l’Association homéopathique canadienne, regroupant les homéopathes règlementés de l'Ontario et les praticiens des autres provinces, reconnaissent qu’il est de la responsabilité de tous les Canadiennes et Canadiens de suivre présentement les directives des autorités de santé publique tant fédérales que provinciales. Nous reconnaissons également qu’en tant que travailleuses et travailleurs de la santé, nous devons informer notre clientèle de l’existence de ces directives.

Enfin, en cette ère de prolifération des médias sociaux, nous appelons à l’extrême prudence dans la publication d’allégations thérapeutiques non éprouvées qui pourraient exposer la population à des risques inutiles.
En tant que citoyens du Canada, les membres de l'Association homéopathique canadienne appuierons tous les efforts collectifs visant à atteindre et maintenir la bonne santé de tous les Canadiennes et Canadiens.

Un appel à la recherche

Depuis 200 ans, des données historiques sont cumulées sur l'utilisation de l'homéopathie dans des contextes d'épidémie de maladies infectieuses. Ces données ont indiqué à maintes reprises la pertinence et le potentiel de l'homéopathie dans des maladies diverses telles que le choléra, le typhus et la diphtérie. Les rapports venus de différents coins des États-Unis concernant la grippe espagnole de 1918, ont démontré en moyenne un taux de mortalité de 1% chez les personnes traitées par homéopathie versus 30% chez les non-traités.

Il y a aussi des exemples modernes qui s'ajoutent au poids des données historiques où, en fait, des autorités de santé publique, en l'absence de vaccins et dans un contexte d'urgence à intervenir, ont fait appel à l'homéopathie. C'est le cas de Cuba en 2007 et 2008, pour la leptospirose, maladie mortelle (Bracho, 2010)[1], et du Brésil en 1998, avec la méningite (Mroniniski, 2001) [2]. Dans ces 2 cas, les épidémies ont été endiguées et la population, protégée grâce, largement, à l'intervention homéopathique.

Pour l'exemple de Cuba, il est intéressant en fait de savoir que lors des ouragans de 2007, seulement 15 000 doses de vaccin étaient disponibles pour traiter 2,3 millions d'habitants au plus fort de l'épidémie. Le laboratoire Finlay, grand producteur de vaccins, avait alors été mandaté par les autorités pour produire en moins de 3 semaines, 2,3 millions de doses distribuées dans les zones les plus touchées et dans les foyers les plus actifs. Une diminution significative et rapide des nouveaux cas a pu être observée dans les régions traitées alors que les régions non-traitées ont vu leurs cas augmenter.

Les homéopathes canadiens soutiennent maintenant que la somme et le poids de l'ensemble des données historiques sur la prévention et le traitement des maladies infectieuses est une assise sur laquelle de la recherche approfondie pourrait s'effectuer. En effet, dans l'attente qu'un vaccin puisse être produit, testé et rendu disponible à une population alors qu'une épidémie fait rage, l'homéopathie aurait le potentiel de fournir un moyen de prévention temporaire rapide, efficace et peu coûteux. Le gouvernement fédéral s'est récemment engagé à injecter 1 milliard de dollars dans la lutte contre le Covid-19 et nous les avons récemment invités à inclure l'homéopathie dans ces efforts déployés. Nous croyons en effet qu'aucun moyen ne doit être écarté, et qu'aucune position idéologique ou croyance ne devraient faire obstacle à la nécessité de protéger et soigner tous les citoyennes et citoyens du Canada.

[1] Bracho, G. et al . (2010). "Large-scale application of highly-diluted bacteria for Leptospirosis epidemic control."Homeopathy . 2010 Jul;99(3):156-66.

[2] Mroninski, C. et al . (2001). "Meningococcinum: Its protective effect against meningococcal disease", HomoeopathicLinks , 14 : 230-234.Vol 14 Winter 2001, 230-234

canadianhomeopathicassociation.ca